TMT en brief

Telecom France : EDF ne va pas investir dans le courant porteur en ligne

Selon le quotidien Les Echos de ce matin, EDF a décidé de ne pas répondre à un appel d’offres de collectivités locales de l’Ile de France
dont l’objet est de désigner un opérateur de courant porteur en ligne (CPL). Le CPL, vieux serpent mer de télécom, dont il convient toutefois
de préciser qu’il a fait de larges progrès depuis deux ou trois ans, permet de transporter des données sur les lignes électriques et ce à des
débits comparables à ceux de l’ADSL.
L’électricien aurait, de fait, depuis le début de ce mois arrêté sa stratégie CPL. Cette dernière devrait notamment se traduire par l’arrêt de
tout investissement dans les infrastructures télécom d’EDF et le refus de devenir opérateur CPL.
Dans le cadre de l’appel d’offres mentionné plus haut, très attendu par la communauté télécom française dans la mesure où il s’adresse à
des zones périurbaines denses, la filiale d’EDF spécialisée dans cette activité a toutefois promis d’assister les opérateurs intéressés en leur
fournissant une partie de son expertise accumulée dans ce domaine.
Ce retrait d’EDF, dont nous devrions mieux connaître les motivations profondes dans les semaines à venir, constitue une bonne nouvelle
pour France Telecom qui voit se retirer un concurrent potentiel avant même que la bataille ait commencé

France Telecom : Gerhard Schmid is still alive and wants €4.26 billions

Pénultième rebondissement dans le mauvais feuilleton Orange – MobilCom. Cette fois ci, c’est l’avocat de G. Schmid, fondateur de
MobilCom, qui demande à France Telecom le versement de €4.26 Mds au titre des dommages subis par son client. L’information ne vaut
d’être relevé que dans ce contexte d’actualité de fin d’année. En effet et pour mémoire, la sortie de France Télécom du bourbier UMTS
allemand s’était traduite, en 2002, par la signature d’un accord stipulant qu’à la fois MobilCom et Schmid s’interdisaient tout recours
judiciaire contre le groupe français. Ce dernier, dans le même temps, avait tenu ses engagements en remboursant les créanciers de
MobilCom via l’émission de TDIRA portant sur un total de plus de €7 Md.

Lucent : doublement de la rémunération de la PDG en 2004

Pat Russo, PDG de Lucent aura touché un total de $13.6 M au titre de l’exercice 2004. Ce montant est, à peu près, le double de ce que
Russo avait touché l’année dernière. Ce sont essentiellement l’augmentation de la valeur des options et des “restricted stocks” qui lui ont
été attribués qui expliquent cette hausse de la rémunération de Russo, son salaire et ses bonus étant, de fait, un peu inférieur à ceux
touchés au titre de l’exercice précédent. Pour mémoire, Lucent a dégagé ses premiers profits en 2004 depuis 2000, soit un résultat net de
$2 Mds environ, résultat dopé par des éléments exceptionnels fiscaux ($816 M) et sur ses engagements en matière de retraite.
Lucent devrait, d’autre part, demander une nouvelle fois à ses actionnaires l’autorisation d’effectuer un “reverse stock split” afin d’augmenter
le prix de l’action.