Nortel : Equipementiers télécoms

CA de $2.36 en recul séquentiel de 15 %

L’entreprise a publié un update sur ses résultats trimestriels, le 25 septembre dernier. Celui-ci n’était autre qu’un avertissement sur les ventes avec une deuxième révision à la baisse des perspectives d’activités en moins de 15 jours. Sur le trimestre clos fin septembre, le recul des ventes devrait être de l’ordre de 15 % par rapport au 2T 02 là où la prévision précédente tablait sur un recul limité à 10 % du chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires devrait donc s’établir aux environs de $2.36 Mds, contre $2.77 Mds au 2T 02.

Pour justifier cette révision à la baisse, la direction du groupe a invoqué la poursuite de la contraction du marché US d’une part, mais également un recul de la demande en infrastructures mobiles en Asie. Rappelons qu’à la mi-juillet, le groupe avait cru voir la fin du tunnel avec la tenue d’un discours sur la stabilisation de l’activité après plus de 6 trimestres consécutifs de chute du chiffre d’affaires

BPA Pro Forma de ($0.10)

De plus, malgré la poursuite de la contraction de la base de coûts, la diminution des impôts différés d’actifs par rapport à ceux enregistrés au trimestre précédent devrait voir Nortel publier une perte par action Pro Forma “marginalement supérieure” à celle du 2T 02. Au trimestre clos fin juin, le groupe avait publié un BPA Pro Forma de ($0.09). Le consensus table sur une perte par action Pro Forma de ($0.10). La chute des commandes sur le champ des réseaux d’infrastructures mobiles est d’autant plus préoccupante pour le groupe que la division Wireless de Nortel semble être la seule à générer des résultats positifs. Quant aux activités fixes, elles sont confrontées à la chute abyssale du marché des équipements de transmission terrestres, mais également à la surexposition du groupe au marché nord-américain.

Point mort ramené à moins de $2.4 Mds de CA par trimestre

Nortel avait une nouvelle fois abaissé le niveau de son objectif de point mort à la fin août 2002. Ce dernier devrait être atteint sur la base d’un chiffre d’affaires trimestriel inférieur $2.6 Mds, contre un précédent objectif de $3.2 Mds. Le seuil objectif du point mort a une nouvelle vois été révisé à la baisse le vendredi 11 octobre, dans la foulée du profit warning de Lucent. Le point mort devrait désormais être atteint sur la base d’un chiffre d’affaires trimestriel de $2.4 Mds.Le montant des nouvelles provisions pour charges de restructurations sera annoncé lors de la prochaine publication des résultats. Ces mesures incluront de nouveaux licenciements, avec un effectif qui devrait être ramené à 35 000 personnes à fin 2002. Jusqu’ici, Nortel tablait sur un nombre d’employés de l’ordre de 42 000 personnes.

Pas de problème de dette à court terme

Tenir, jusqu’à quand ?

A fin juin 2002, la situation de trésorerie de Nortel ne suscitait aucune inquiétude. L’entreprise disposait d’une trésorerie de $4.87 Mds, en forte augmentation sur le semestre grâce à un placement de titres de participation de $1.48 Md réalisé le 12 juin. Nortel dispose par ailleurs de lignes de crédit bancaires, soumises à covenants, d’un montant total de $3.44 Mds. Le total de la dette financière de Nortel se monte à $4.45 Mds. Comme la plupart des grands équipementiers mondiaux, l’endettement du groupe ne constitue pas un problème sur le court terme. Comme l’atteste le graphique suivant, le groupe n’a pas d’échéance insurmontable de remboursement de sa dette à LT sur les trois prochaines années.

En première approximation, et dans l’hypothèse d’un recul de l’activité chez Nortel limité à 10 % en 2003, nous considérons que le groupe a de quoi tenir jusqu’à la fin de l’exercice prochain. Que l’on se place ou non dans l’hypothèse du renouvellement ou non des lignes de crédit aujourd’hui disponibles, le groupe pourrait se retrouver – au pire des cas, avec des ressources de trésorerie proches de $1.9 Md à début 2004.